Aller à la navigation principale Aller au contenu Aller au pied de page
Retour à Blog

Rencontre avec Django EDWARDS, un Polynésien passionné d’histoire

Moana Adventure Tours Team Building with Django EDWARDS

À l’occasion d’une nouvelle matinée récréative, l’équipe de Moana Adventure Tours a fait une sortie en catamaran autour de l’île de Bora Bora avec Django EDWARDS, un jeune homme passionné par l’histoire de ses ancêtres et des légendes polynésiennes.

Du haut de ses 30 ans, il a raconté l’histoire de la seconde guerre mondiale à Bora Bora et la présence Américaine.

Bora Bora a servi de base de ravitaillement pour les forces Américaines dans le Pacifique Sud pendant la seconde guerre mondiale.

L’île avait été choisie par l’état-major américain pour son emplacement stratégique dans le Pacifique et pour sa forteresse naturelle en raison de son grand lagon intérieur accessible par une unique passe et donc facilement contrôlable surtout face à la menace des sous-marins.

Les Américains craignant une attaque japonaise, ont décidé d’installer à des points stratégiques dans les montagnes (pointe Sud, Est, Nord & Ouest), huit énormes pièces d’artilleries (8 canons & 8 bunkers), pouvant envoyer des obus de sept pouces. Un canon pesait 15 tonnes, faisait 7 pouces de diamètres et avait une portée de 10 miles.

Une carte montrant les sites importants de Bora Bora :

Bora Bora second world war map

1] Aérodrome du Motu Mute

2] Quai du Motu Mute

[3] Base d’hydravions de Tupua

[4] Point de vue Tuahora (3 heures)

5] Point de vue Matira (6 heures)

6] Zone de mouillage de la baie de Povai

[7] Canon de sept pouces de Tereia et ancres d’amarrage de la baie de Povai

[8] Bunkers de munitions de la vallée de Povai

[9] Ville, quai et église de Vaitape

10] Col de Teavanui (entrée du lagon)

11] Point de vue Pahua (9 heures)

[12] Débarcadère de cargaison n° 3

13] Barrages d’eau et bunkers de munitions dans la vallée de Faanui

[14] Grand bunker de munitions

[15] Quai de ravitaillement

[16] Réservoir de pétrole

[17] Point de vue Tereia (11 heures)

[18] Zone de mouillage de la baie de Faanui et amarrages des croiseurs

[19] Ville de Faanui

 

Ils ont ensuite construit l’aéroport de Bora Bora en 1942 sur le Motu Mute à cet endroit précis par rapport au vent dominant. La piste à l’époque mesurait 2 miles (premier aérodrome de Polynésie française).

En face de l’aéroport sur l’île principale, face Nord, ils ont installé une station radio et sur les hauteurs, ils ont positionné l’antenne radio afin de communiquer avec la base navale de Pearl Harbor situé sur les îles hawaiiennes, au Nord de Bora Bora.

 

Dans la baie de Vairupe, à l’abri des vents dominants, a été construit la base hydravion de Bora Bora. Il y avait à l’époque un entrepôt pour hydravions et citernes à eau. Ils ont construit un slip en ciment pour les hydravions (revêtement du sol). La base pouvait accueillir une escadrille de 15 hydravions. Les PBY (Catalinas) étaient les modèles les plus lourds qui pouvaient utiliser la rampe de remontée à terre. Le camouflage de la rampe, destinée aux hydravions de la base de l’aéronautique navale, fut parfaitement assuré grâce à la présence de nombreux cocotiers.

L’opération BOBCAT a, pendant son activité, approvisionné en carburant 181 navires. 193 navires ont été ravitaillés en eau douce grâce à un circuit de récupération et de conduites d’eau aménagées. 45 navires ont été réparés dont une dizaine pour de gros travaux. 1200 navires ont été déchargés et chargés, ce qui représente 50 000 tonnes de fret.

L’activité de la base américaine à Bora Bora s’est maintenue cinq ans, au cours desquels on a pu recenser le passage de vingt mille personnes en provenance des navires américains.

 

À la pointe Terei’a (Mont Popoti), il y avait des DCA (des petits canons anti-aériens). Dans la baie de Faanui, les soldats avaient construit leur résidence et vivaient là-bas. Il y avait 2 quais pour les ravitaillements des navires, à peu près 181 navires, les 2 quais étaient face à face (le quai de Farepiti et le 2ème juste en face). Les TP étaient les bureaux militaires et la centrale électrique était au même endroit qu’actuellement.

Les soldats américains cantonnés à Bora Bora ont laissé sur place des canons et des bunkers bien sûr mais aussi des enfants : environ 60 au total qui ont grandi pour la plupart sans connaître leur père.

C’est le cas de Philippe Teriipaia habitant de Bora Bora, descendant d’un GI américain. Les photos qu’il avait de lui ont disparu avec les derniers cyclones. Aujourd’hui âgé de 74 ans, l’homme dit ne pas avoir de doute sur son identité :

Je me sens en premier Tahitien et un peu demi-américain.

6 000 soldats s’étaient installés à Bora Bora entre 1942 et 1946 durant la deuxième guerre mondiale. L’objectif : servir de base arrière et préserver l’île d’une possible invasion japonaise après l’attaque de Pearl Harbor à Hawaï.

Un choix stratégique pour les Américains mais qui a aussi permis aux habitants d’avoir un aéroport, une route, de l’eau potable et de l’électricité.

Nous, on a juste reçu cet héritage de nos ancêtres et tout ce qu’on peut faire, c’est partager cette histoire avec nos enfants.

Confie Alex Mateha habitant de Bora Bora, guide touristique.

Toute l’équipe de Moana Adventure Tours remercie Django pour ce moment de partage instructif. Pour rappel, ces sorties ont pour but de réunir et fédérer l’équipe en dehors du travail autour de différente thématique chaque semaine.

Skip to toolbar